-Lavoir de la Mère Denis




J’ai retrouvé le lavoir de la Mère Denis en Normandie.

La Manche

Ce lavoir a été construit au début du XXe siècle en bordure de la rivière Gerfleur dans le village de Tôt sur la commune de Barneville-Carteret dans la Manche. C’est l’un des lavoirs les plus connus de France car il a servi de décor à un film publicitaire pour une marque de lave-linge. A l’origine il n’avait pas de toiture, celle-ci a été ajoutée en 1972 pour les besoins du tournage. Le lavoir était muni d’un système de vanne à crémaillère pour le curer. Il a  été restauré en 1999. En période de crue du Gerfleur le lavoir est inondé et seule sa toiture reste visible.
Le village du Tôt (« Tôt » signifie « village en longueur », en scandinave) regroupe plusieurs maisons anciennes, du XVIIe au XIXe siècle, demeures traditionnelles des pêcheurs et laboureurs.
La mère Denis
La mère Denis, de son vrai nom Jeanne LE CALVE, naît le 9 novembre 1893 à Kerallain, petit hameau près de Pontivy, dans le Morbihan.
Dans les années 30, elle s’installe au hameau du Tôt et occupe un emploi de garde-barrière jusqu’en 1939-40. C’est à cette époque qu’elle devient « lessivière » comme on dit dans le Cotentin. En 1972 un publicitaire parisien, en charge de lancer un nouveau lave-linge, se souvient que dans le village de ses grands-parents où il passait ses vacances, vivait une lavandière appelée la « Mère Denis ». Il comprend que pour convaincre le public qu’un lave-linge lave et rince bien, rien ne vaut l’image de qualité du travail d’une authentique lavandière. Et la « Mère Denis » incarne parfaitement ce savoir-faire!
Après une campagne publicitaire dans les journaux, arrivent les films à la télévision. Grâce aux tournages, le lavoir retrouve un certain regain. La « Mère Denis » devient rapidement célèbre et en 1976 un livre lui est consacré. Ce qui lui vaudra de passer à l’émission « Apostrophes » de Bernard Pivot.
La « Mère Denis » n’a jamais eu de lave-linge!
En 1980, elle cesse ses activités de lavandière, quitte le hameau du Tôt et s’installe à la maison de retraite de Pont-l’Evêque en 1982. Elle y décède en 1989 à l’âge de 96 ans.

Laisser un commentaire