-La santé par les huîtres




La santé par les huîtres, pensez-y pour les fêtes…
L’huître de Normandie abonde de vertus anti-oxydantes, et possède une large palette de minéraux et d’oligo-éléments. Elle regorge également de phosphore et de fer: un véritable anti-fatigue et antidépresseur naturel, de cuivre, zinc, sélénium, et d’une bonne dose de vitamines B, faisant ainsi des merveilles pour booster naturellement l’immunité. Il est donc conseillé de la consommer toute l’année.

Assiette d’huîtres, bon appétit!

-Vieux conte hébreu




Pour ceux qui ne sont jamais contents de leur sort:

Il était une fois un petit tailleur de pierre qui en avait assez de s’épuiser à creuser la montagne sous les rayons de soleil brûlants.
« J’en ai assez de cette vie. Tailler, tailler la pierre, c’est éreintant… Et ce soleil, toujours ce soleil ! Ah ! Comme j’aimerais être à sa place, je serais là-haut tout-puissant, tout chaud en train d’inonder le monde de mes rayons », se dit le tailleur de pierre.
Or, par miracle, son appel fut entendu. Et aussitôt le tailleur se transforma en soleil. Il était heureux de voir son désir réalisé. Mais, comme il se régalait à envoyer partout ses rayons, il s’aperçut que ceux-ci étaient arrêtés par les nuages.
« A quoi ça me sert d’être le soleil si de simple nuages peuvent stopper mes rayons ! s’exclama-t-il, si les nuages sont plus forts que le soleil je préfère être nuage. »
Alors il devient nuage. Il survole le monde, court, répand la pluie, mais soudain le vent se lève et disperse ce nuage.
« Ah, le vent arrive à disperser les nuages, c’est donc lui le plus fort, je veux être le vent », décide-t-il.
Il devient donc le vent, et il souffle de par le monde. Il fait des tempêtes, des bourrasques, des typhons. Mais tout d’un coup, il s’aperçoit qu’il y a un mur qui lui barre le passage. Un mur très haut et très dur. Une montagne.
« A quoi ça sert d’être le vent si une simple montagne peut m’arrêter ? C’est elle qui est la plus forte ! Je veux devenir une montagne »
Alors, il devient montagne. Et à ce moment, il sent quelque chose qui le tape. Quelque chose de plus fort que lui, qui le creuse de l’intérieur.
C’était un petit tailleur de pierre qui creusait la montagne…

Vieux comte hébreu

-Un toit pour les abeilles, la vie des abeilles




La vie des abeilles

Abeille

La durée de vie d’une abeille dépend de divers facteurs. Les abeilles ouvrières ont une durée de vie de seulement six semaines pendant la saison de production de miel, lorsqu’elles trouvent une nourriture riche et abondante. Elles stockent du nectar, alimentent les larves et produisent du miel. Cependant, la mort d’une génération d’ouvrières ne fait pas disparaître toute la colonie.

La durée de vie d’une colonie d’abeilles dépend de la survie d’une variété. Si seulement la reine vit, par exemple, une colonie ne peut survivre, car elle ne peut pas produire du miel ou polliniser les fleurs.

Une colonie d’abeilles est une société organisée en trois castes adultes: les reines, les ouvrières et les faux-bourdon. Chaque caste a certaines responsabilités pour la préservation de la ruche. Les reines, qui sont responsables de la production et de la ponte d’œufs, vivent pendant une moyenne de deux à trois ans, mais certaines vivent jusqu’à cinq ans. Les reines peuvent mourir plus tôt, car les apiculteurs les changent de ruches fréquemment. Une seule reine ponds des milliers d’œufs tout au long de sa vie.

Les reines produisent des œufs non fécondés qui le seront par les faux-bourdons. Le but principal d’un faux-bourdon est de s’accoupler avec la reine, et leur durée de vie se rapporte directement à cette tâche. Si un faux-bourdon mûr s’accouple avec une reine, il mourra peu de temps après. S’il échoue dans le vol d’accouplement, le faux-bourdon sera éjecté de sa ruche à la fin de la saison estivale et finira par mourir de froid ou de faim.

Les abeilles ouvrières sont les plus petits membres de la colonie, mais ont le plus grand nombre d’individus: une ruche peut contenir de 20 000 à 80 000 ouvrières. La durée de vie des abeilles domestiques varie de cinq à sept semaines. Les premières semaines de la vie d’une ouvrière sont passées à travailler dans la ruche, tandis que les dernières semaines sont consacrées à la recherche de nourriture et à la collecte de pollen ou de nectar.

La durée de vie de l’abeille est également déterminée par la consommation de pollen et l’abondance des protéines, mais aussi par leur niveau d’activité. Les reines, qui passent leur vie à pondre des œufs dans la ruche, pourraient vivre pendant plusieurs années; les ouvrières qui travaillent pendant la saison mellifères ne peuvent pas survivre aussi longtemps.

Un toit pour les abeilles

Parrainer une ruche, c’est agir concrètement pour la sauvegarde de l’abeille en créant une nouvelle colonie.
Parrainez une ruche pour sauver les abeilles et recevez votre miel.

Voir le site Un toit pour les abeilles