-Les courants parasites



Les vaches dans une salle de traite

Les animaux, et en particulier, les vaches dans une salle de traite, sont souvent exposées à des courants électriques. Les

Stalle de salle de traite

vaches se trouvent dans des conditions très graves par rapport à celles des hommes au point de vue électrique. Elles sont placées sur un quai de béton humide (eau, urine). Cela constitue un milieu plus conducteur de l’électricité que la plupart des autres sols.  Les quatre pieds des animaux sont en contact solide avec ce quai sans la protection de bottes. Il est de plus entouré par une panoplie d’objet métallique (stalle, lice avant, barre de fesse, alimentateur…). Il suffit d’une fuite de courant sur un ou l’autre de ces objets pour que l’animal soit soumis à un choc  de décharge électrique.

Effets du courant sur l’homme et la vache

Effets du courant sur le corps humain (résistance moyenne 5000 ohms).
La vache est 15 fois plus sensible à ces effets car sa résistance n’est que de 350 ohms.
 
Intensité (A) Effets
0.5 mA Aucune sensation
1 mA Seuil de perception
1 à 3 mA Sensation sans douleur
3 à 10 mA Sensation douloureuse
10 mA Seuil de la perte de contrôle musculaire
30 mA Seuil de paralysie respiratoire
70 mA Seuil de fibrillation cardiaque
250 mA Fibrillation cardiaque presque certaine dans 99,5% des cas
4 à 5 A Paralysie cardiaque, arrêt du cœur, peut être réversible
Plus de 5 A Brûlures des tissus

Symptômes observés sur les vaches en présence de courants parasites:
• Une production laitière en dent de scie
• Bouses pendant la traite
• Nervosité des animaux avant de rentrer dans la salle de traite
• Traite incomplète et débranchements intempestifs
• Comportement anormal pendant la traite ( les VL bougent beaucoup)
• Mauvais positionnement dans la stalle
• Augmentation des mammites
• Augmentation cellulaire du lait
• Apparition de boiteries
• Problèmes de fécondité et avortements

Quelques notions élémentaires d’électricité
Mesures électriques : volts, ampère, watt et ohm
Ces quelques notions sont indispensables pour bien comprendre l’impact des courants parasites sur les animaux.
Lorsque deux corps de charges électriques égales et opposées sont réunis par un conducteur (fil de cuivre), des électrons se déplacent du corps négatif vers le corps positif, de façon à rétablir l’équilibre. Le déplacement des électrons dans le conducteur s’appelle le courant. Mesurée sur un point du conducteur, l’intensité du courant correspond à la quantité d’électrons qui traversent ce point en une seconde. L’intensité se mesure en ampères (de symbole A).
La tension exprime la différence de potentiel électrique entre deux points. Elle se mesure en volts (V). Par convention le potentiel électrique de la Terre est nul. Le potentiel d’un corps chargé positivement est caractérisé par une valeur positive en volts, supérieur au potentiel de la Terre.

Exemple: chute d’eau

Pour expliquer ceci, prenons par exemple une chute d’eau. L’intensité pourrait être comparée au débit de l’eau pendant un temps alors que la tension serait représentée par la différence de niveau entre le haut et la bas de la chute.
L’unité de la résistance est l’ohm (symbole Ω ). Elle est définie comme la capacité d’un corps a s’opposer au passage du courant.
A titre d’exemple, l’homme a une résistance corporelle moyenne de 5000 Ω tandis que la vache a seulement une résistance de 350 Ω (trajet pieds avant-museau). La vache est 15 fois plus sensible que l’homme au passage du courant.
Courant, résistance et tension
Pour bien comprendre les notions de courant, résistance et tension je vous propose d’étudier la chute d’eau.
Prenons un barrage avec deux ouvertures. Une petite à gauche et une plus grande à droite (schéma de gauche). Ces deux ouvertures n’opposent pas la même résistance au passage de l’eau.
La petite ouverture laisse moins passer d’eau alors que la grande laisse passer plus d’eau.
On peut donc en déduire que la petite ouverture a une résistance plus forte que la grande ouverture.
Remplaçons maintenant l’eau par le courant électrique, la petite ouverture par une résistance corporelle d’un homme (5000 ohms) et la grande ouverture par la résistance corporelle d’une vache (350 ohms).
On comprend ainsi qu’une vache est beaucoup moins résistante au passage du courant électrique qu’un homme…
La pression du haut vers le bas du barrage peut être comparée à la tension: différence de potentiel entre le haut et le bas du barrage.Une différence de potentiel de 1 Volt reliée par une résistance de 1 Ohm (Ω) est traversé par un courant de 1 Ampère et la puissance thermique dégagée par la résistance est de 1 W (Watt).
La tension aux bornes d’une résistance est égale au produit de sa résistance par l’intensité : U = R x I (loi d’ohm)
Kilowatt ou kilowattheure
Attention ne pas confondre Puissance et Energie. La puissance correspond à une énergie produite (ou consommée) pendant un temps donné. L’énergie correspond à une puissance moyenne multipliée par le temps.
EDF vous facture bien une énergie  qu’elle exprime en kilowattheure.
Un kilowattheure correspond bien à un kilowatt (1000 watts) multiplié par une heure.
La puissance est égale au produit de la tension par l’intensité : P = U x I.
Définition et origine des courants parasites ou vagabonds
Le phénomène, dit « courants parasites ou vagabonds », est essentiellement de nature électrique. Il peut survenir sans présence de ligne à haute tension, par exemple lorsque l’installation électrique n’est pas aux normes ou que les mises à la terre ne sont pas efficaces. Les lignes à  très haute tension (THT) peuvent cependant dans certaines conditions aggraver ce phénomène, puisque les champs électriques et électro-magnétiques peuvent produire du courant induit qui charge les masses métalliques (cornadis, barrières, abreuvoirs, stalles…). Ce qui se traduit physiquement par des décharges électriques qui perturbent les vaches.
Les origines des courants parasites ou vagabonds:
-installation électrique défectueuse ou trop vieille
-prise de terre inefficace
-clôture électrique mal installée
-défaut d’isolement d’appareil électrique
-courant induit (en général tout appareil comportant des bobines; éclairage néon, tableau de contacteur, moteur, pulsateur,  générateur de pulsation, alimentation avec transformateur…)
-dans certains cas, les lignes THT
Cette liste n’est pas exhaustive.

Comment neutraliser les courants parasites

Même si on ne connait pas toujours l’origine des courants parasites on peut, fort heureusement, les neutraliser.
Le meilleur moyen est de mettre toutes les masses métalliques de la salle de traite au potentiel zéro (celui de la terre), c’est à dire de réaliser les liaisons équipotentielles. Ces liaisons se font avec du fil de cuivre d’au minimum 6 mm² de section entouré d’un isolant vert/jaune.

Liaisons équipotentielles en SDT

Liaisons équipotentielles
Il faut relier toutes les masses métalliques entre elles:
-le treillis métallique dans le béton
-la lice avant
-les alimentateurs
-les portillons d’entrée et sortie
-la barre de fesse ou sinus
-la stalle
-la rive de quai
-l’escalier
-le lactoduc (pipeline)
-la canne à lait
-la tuyauterie de lavage
-la pompe à vide
-la pompe à lait
-les conduites d’eau
Liste non exhaustive
Une fois les liaisons réalisées il faut les tester avec un appareil de mesure pour s’assurer de la continuité du circuit des masses métalliques puis de les raccorder au collecteur (voir ci-dessous).

Collecteur de fils de terre

 

 

 

 

 

 

 

Type de connexion interdit. Connexion oxydée

Attention aux connexions: il faut utiliser des cosses à sertir ou à souder. Ne jamais serrer

Connexion avec cosse recommandée.

directement du fil de cuivre sur du galva: risque d’oxydation rapide et perte d’efficacité.

Le collecteur de terre doit se trouver dans un boîtier étanche.

 

 

 

 

Puis, par un seul fil vert/jaune, il est raccordé à la barrette  de coupure.
Voir ci-dessous.

Barrette prise de terre

 

 

Enfin, la barette de coupure est reliée au piquet de terre. On doit pouvoir « l’ouvrir » pour

Barrette et piquet de terre

la mesurer.

 

Avertissement: les liaisons équipotentielles ne servent à rien si la prise de terre n’est pas optimale.
Il faut mesurer la prise de terre une fois par an. Sa valeur ne doit pas dépasser 18 Ohms.

 

Continuité des masses métalliques

Manchon galva: mauvais contact

Parfois les liaisons équipotentielles sont discontinues car il y a des contacts qui se font mal. C’est le cas des manchons de raccordement des arceaux de stalle. L’oxydation les a fait rouiller…
Il est recommandé de faire des points de soudure à l’arc sur ces manchons pour améliorer les contacts.

 

 

 

Conseils
Je vous recommande vivement de faire réaliser ces travaux par un professionnel. Fuyez le bricolage!
Attention aux clôtures électriques
Le poste de clôture doit se trouver à plus de 25 mètres du bloc traite. Les fils de clôture ne doivent pas toucher l’herbe. Evitez d’utiliser une clôture pendant les heures de traite. Si une clôture est indispensable, optez pour un modèle qui fonctionne sur pile (batteries).

Conclusion
Cette page n’a pas le prétention de résoudre tous les cas d’exposition aux courants parasites. Toutefois, si les liaisons équipotentielles sont réalisées dans les règles de l’art et que les prises de terre sont efficaces, vous avez toutes les chances de neutraliser ces courants parasites et d’améliorer les conditions de traite.